Association des employés des organisations sociales en Suisse

Le volet formation de l’assemblée générale 2024 de la VASO comprenait une visite guidée d’Altdorf avec Urs Kälin, directeur adjoint de l’Archive sociale suisse.

112e assemblée générale à Altdorf avec une décision historique

L’assemblée générale de la VASO, qui s’est tenue le 1er juin 2024 à Altdorf, a pris une décision historique. Pour pouvoir adhérer à la VASO, l’affiliation à un syndicat apparentée à l’Union syndicale suisse (USS) a été une condition statutaire durant les 112 années de son existence jusqu’à présent. Cette disposition a maintenant été assouplie. Désormais, les employés d’autres organisations de travailleurs peuvent également devenir membres de la VASO. La proposition du comité directeur pour l’adaptation des statuts n’a pas été tout à fait incontestée, mais avec 3 voix contre et 6 abstentions, l’approbation a été assez nette.

Dimitri Moretti souhaite la bienvenue à la famille VASO dans le canton d’Uri.

Cette ouverture est l’une des mesures qui – selon le président Kurt Altenburger dans son rapport d’activité – doit permettre de faire face aux problèmes structurels de développement des membres de l’association. D’autres efforts sont nécessaires et prévus, a précisé le président. Les prestations de la VASO pour ses membres ne peuvent pas être en cause, car elles sont attrayantes et adaptées en permanence aux évolutions. Au cours de l’année sous revue, l’effectif des membres a tout de même pu être augmenté d’un membre pour atteindre 143 ; 7 nouvelles adhésions ont été enregistrées contre 3 départs et 3 décès.

La visite de la nouvelle Cité du Temps à Bienne était l’une des offres de formation que la VASO avait proposées à ses membres durant l’année sous revue, en lien avec l’assemblée générale dans la « Cité du futur ». Une autre était une randonnée urbaine dans la ville fédérale annoncée pour le mois de septembre, mais qui a dû être reportée deux fois en raison de la maladie du guide Claude Longchamp, et qui a finalement pu être organisée en mai de cette année.

Le point de l’ordre du jour consacré aux élections a entraîné des changements dans la composition du comité directeur, car deux démissions ont été enregistrées. Kurt Altenburger (président) et Renato Mazzocco (trésorier) ont été confirmés dans leurs fonctions. Jürg Keller continuera d’officier en tant que membre du comité directeur et Silvia Dell’Aquila a été nouvellement élue au comité directeur. Hansjörg Bartholdi et Willy Schuler continueront d’exercer la fonction de réviseurs. Christoph Wiggenhauser et Peter Berger, qui se retirent du comité, ont été dûment remerciés par le président pour leur engagement en faveur de la VASO et applaudis. Après 26 ans d’activité au sein du comité – dont 13 ans en tant que président – Christoph Wiggenhauser, qui a organisé d’innombrables voyages et manifestations de formation durant cette période, laisse un grand vide derrière lui.

L’assemblée générale, qui a attiré 50 participants, était la première de l’histoire de l’association à se tenir dans le canton d’Uri. L’accueil du conseiller d’Etat Dimitri Moretti, jusqu’à la veille encore directeur de la sécurité du canton primitif, a été extrêmement chaleureux. Lors des récentes élections cantonales, le Parti Socialiste a toutefois perdu son seul mandat à l’exécutif. Cela a pour conséquence que les partis bourgeois au gouvernement sont désormais les seuls responsables de la résolution des problèmes urgents dans le canton, a constaté le camarade Moretti. L’un d’entre eux est le manque de personnel qualifié, dû au fait que de nombreux jeunes quittent le canton après leur formation, sans y revenir plus tard. L’autre problème majeur auquel le canton d’Uri est confronté depuis toujours est le côté négatif de sa position de canton de transit. Le transfert des marchandises sur le rail reste donc la grande tâche de l’avenir.

Christoph Wiggenhauser, qui quitte ses fonctions, a été très applaudi pour son engagement de longue date. Sur cette photo, il ne lève pas la main pour prêter serment, mais souligne dans un discours engagé 3 points qui font de l’adhésion à la VASO une chose attractive.

L’après-midi était consacré à la découverte d’Altdorf et plus particulièrement de son histoire industrielle et sociale. Le lieu de la conférence, une salle du site Dätwyler, était le point de départ idéal. Urs Kälin, qui a lui-même grandi dans l’une des maisons ouvrières de Dätwyler, a su raconter au cours de la visite beaucoup de choses intéressantes et – pour la plupart des participants – inconnues. Dans aucun autre état ruraux de l’Ancienne Confédération, le chef-lieu ne dominait autant la campagne qu’à Uri. Cela s’explique en grande partie par le potentiel économique dont le village a disposé très tôt. Dès la première moitié du 14e siècle, les besoins en énergie des arts et métiers actuels étaient assurés par l’aménagement d’un canal artificiel, le Dorfbach, qui traversait le village. Au 20e siècle, en pleine Première Guerre mondiale, Adolf Dätwyler, originaire d’Argovie, a osé reprendre l’usine de fil de fer et de caoutchouc fortement endettée et l’a transformée au fil du temps en un grand groupe. Il en est également résulté une fondation qui joue un rôle important dans la vie culturelle et sociale du canton. En se promenant dans le village, on tombe régulièrement sur des maisons de maître isolées, qui étaient beaucoup plus nombreuses avant le grand incendie du village de 1799. Elles témoignent de la richesse que la régence dans des bailliages communs ainsi que dans les bailliages propres au-delà du St-Gotthard avaient autrefois apportée à un pays plutôt aride. La visite s’est terminée sur la place de l’hôtel de ville, au pied du célèbre monument de Tell et devant l’impressionnante façade de l’hôtel de ville, qui se caractérise par un style classique particulièrement pur.

Photos de la visite